Please update your flash plug-in on www.adobe.com to display this website.
Accueil   >  Forum
Forum
Introduction au livre d'or ....

Poster un message Page suivante

 

Expéditeur : Wyssenbach Patricia
10.02.2016 (09:35)
Sujet : fleurs....
Hello la commune,
Hier soir nous avons été en famille voir le film "Demain". Un film applaudi par le public lors du générique de fin...un film qui touche, qui émeut, qui nous fait réfléchir.
On ne peut pas sortir de cette projection en recommençant sa vie comme avant...juste impossible.
Réfléchir, continuer mais autrement, être fier d'être humain sur notre Terre...
Alors une idée...une toute petite idée de rien...mais qui sait...dans l'idée de sensibiliser les gens, d'ouvrir coeur et conscience....pourquoi tous les bacs à fleurs de la commune et autres zone fleuries ne changeraient pas de look?
Toujours aussi jolies, aussi fleuries...mais utiles!
Nous sommes dans une région qui a longtemps été connue et reconnue comme région de cure de remise en santé...magnifique..un petit clin d'oeil alors à notre passé pour penser à demain?
Garnir nos bacs à fleurs, en village et en station de plantes médicinales à fleurs...en libre service pour des tisanes par exemple...ça va dans le sens des incroyables comestibles....
Mais oui, bourraches, soucis, monardes, hysope, mûrier, framboisiers, fraisiers, achillée, menthe, basilic sont de très belles plantes, aux belles couleurs vives, aux feuillages décoratifs...et saines...
Offrir ainsi aux gens la déco de nos rues, un clin d'oeil à nos anciens, un coup de pouce à la santé (ok., ok. ok....le long des routes c'est pas top...je sais!!!!).
Qu'en pensez-vous?
Ne serait-ce pas un joli clin d'oeil à nos racines...et sans doute moins chers que les géraniums par exemple...
Ce n'est rien comparer à ce que vit notre planète, mais ce serait une porte ouverte vers nos jeunes, vers le respect de celle qui nous nourrit, notre Terre....et si le geste est rien, la symbolique est tout...
Voilà, j'ai lancé mon petit mot du matin, du lendemain de "Demain"...et à mon échelle aussi, je vais faire un pas, c'est certain
Ce message, je vais me permettre de le relier sur mon mur Facebook, pour, qui sait, donner des idées à d'autres, des envies...c'est ainsi que d'une goutte d'eau au créer des rivières, des fleuves...
Belle et douce journée à vous tous.
Patricia
Expéditeur : jean-Claude Savoy
25.11.2015 (11:52)
Sujet : Parcage et vitesse sur le réseau des routes communales
Bonjour Monsieur et merci pour votre contribution.

Le Conseil municipal l'a examinée dans sa séance d'hier et il ne peut que souscrire à l'ensemble de vos remarques.

Concernant la vitesse sur les routes communales, des mesures sont en cours afin de voir si le dispositif mis en place a permis de réduire les ardeurs des automobilistes, ceci bien sûr afin de préserver la sécurité des passants, des promeneurs et surtout des enfants.

Concernant le parcage sur l'ensemble du domaine public, la situation est effectivement insatisfaisante. Il y a des véhicules partout, sans respect des zones bleues et zones interdites au stationnement des voitures. De ce fait, il n'y plus d'espace pour les habitants, les enfants qui voudraient faire du vélo ou les mamans qui s'arrêtent avec leur poussette pour discuter. Exemple tout à fait récent : lors des soirées théâtrales à Chermignon d'en Haut, le parking du Pontèt était à moitié vide alors que les véhicules encombraient en tous sens la place de l'église. On ne peut naturellement pas objecter en disant que le prix du parking dissuade les automobilistes, puisque, en soirée, avec les premières 90' gratuites, on payait, à la sortie de la pièce 20 ct. Ce qui étonne le conseil, c'est bien que des citoyennes ou citoyens revendiquent plus de place encore pour les voitures. Ainsi, des demandes récurrentes viennent afin qu'on autorise le parcage sur la place du Pontèt. On trouve encore des voitures parquées directement sur la chaussée, sans égard pour les utilisateurs des routes communales.
La situation est assez semblable à Crans, à part que l'on a pris l'habitude d'interdire les parcage par un mobilier urbain adéquat. La police y est bien sûr plus présente.

Dans l'immédiat, le Conseil va demander à la police intercommunale de passer plus souvent dans les villages et de faire ainsi respecter les diverses obligations ou interdictions.

Nous vous tiendrons au courant en ce qui concerne le mesures de vitesse, dès que celles-ci seront terminées.

Recevez, Monsieur, nos salutations les meilleures.

Jean-Claude Savoy
Président de la Municipalité
Expéditeur : Cédric
18.11.2015 (23:05)
Sujet : Les nouveaux panneaux
Au printemps, de nouveaux et jolis panneaux ont fleuri dans nos villages. Ils avaient pour but de réguler le parcage des véhicules sur la voie publique ainsi que réduire la vitesse des véhicules. L’été a passé, l’automne touche à sa fin et c’est le temps de la « récolte » ou d’un bilan. Voici mes constatations :

- dans le centre du village de Chermignon d’en Bas (rue St-André et des Piredrittes), il y a en moyenne journalière 7 véhicules stationnés sur la voie publique en dehors de places marquées
- toujours à Chermignon d’en Bas, la place en pavés devant la chapelle (pour mémoire non dévolue au parcage) est remplie de véhicules (et quelques fois des véhicules sans plaque)
- au niveau de la place de l’Eglise à Chermignon d’en Haut, lors des manifestations (messe, concert, théâtre), la place déborde de véhicules
- quant aux vitesses, elle n’est de loin pas respectée par certains…

Alors je me permets de me poser des questions :
• serait-on dans une zone où toutes sortes de parcages sont permis, malgré les panneaux?
• les nouveaux panneaux ont-ils encore une utilité ? Ne serait-il pas plus judicieux de les enlever, vu qu’à ma connaissance uniquement des mises en garde ont été apposées sur les véhicules mal parqués à Chermignon d’en Bas ?

Essayez donc de parquer comme à Chermignon dans les localités environnantes; la remise à l’ordre ne se fera pas attendre.

D’avance merci pour vos réponses.
Belle journée/soirée
Cédric
Expéditeur : Morgane et Johanna Bagnoud
03.06.2015 (10:21)
Sujet : Bilan de l’action crapaud 2015
Bilan de l’action crapaud 2015 :
Bonjour à tous,
Nous tenons à vous faire part du bilan de notre action concernant les crapauds qui a débuté le 16 mars et qui s’est terminée, il y a quelques semaines, à savoir le 2 mai 2015. Pour cette « première », nous pouvons, grâce au recensement effectué par les bénévoles (http://hgn106.wix.com/croak#!vierge/chxh), estimer à 500 le nombre d’individus transportés au lac et à une soixantaine de batraciens écrasés. Nous avons également amené, à la fin de la migration, environ 300 crapauds du lac vers la forêt.
Ce bel effort n’aurait pas pu être réalisé sans l’aide nombreuse des bénévoles et sans la participation de la commune de Chermignon. Nous avons également pu constater que beaucoup d’automobilistes ont été sensibilisés par notre action et par le dispositif aménagé par la commune et qu’ils ont fait particulièrement attention à cet endroit. A toutes ces personnes qui ont œuvré de près ou de loin pour ce « sauvetage », nous aimerions dire un grand merci.
A toutes les autres, les plus sceptiques, il n’est pas encore trop tard pour faire un petit pas vers nous en restant attentif les jours de pluie et pendant la période de migration particulièrement (mars à mai-juin)…
Nous sommes conscientes d’en avoir fait rire plus d’un avec la sauvegarde des crapauds (animaux peu connus et peut-être mésestimés à tort), mais « il faut de tout pour faire un monde » et nous restons persuadées qu’œuvrer pour la biodiversité n’est pas un mal. L’appui financier de l’Etat du Valais et les nombreuses actions similaires qui se déroulent en Suisse sont là pour le prouver.
En réalité, nous sommes fières d’avoir réalisé cette action et fières que Chermignon soit désormais cité en exemple par les biologistes du pays. Dans une période où la question identitaire est plus que jamais au cœur du débat, nous pensons que ce sont ces petites actions qui permettent à un village de se construire et de laisser à nos enfants un environnement sain tel que nous l’avons connu.
Expéditeur : Joël
16.05.2015 (09:31)
Sujet : Continuer de faire le village
Ma stou Philibert, adon ! 61 ans de société, de répétition, de défilé, de concert, de festival ! De quoi marquer ! Je crois que l’article du Nouvelliste oublie presque l’essentiel qui a permis cela. Juste derrière le musicien fervent, assidu, ponctuel, il y a eu une maman, pour commencer. Une maman qui juste avant est une épouse d’un musicien aussi, et qui en plus de son job familial soigne, prépare LES costumes, qui regarde qu’il y a le mouchoir de poche, des sous dans le porte-monnaie, que les chaussures soient propres, que la cravate soit tip top, etc. Ensuite, plus proche d’aujourd’hui, à nouveau, une épouse, cette fois pour commencer, puis une nouvelle maman qui reprend le flambeau, sans répétition, sans défilé, sans concert, etc. mais qui, en filigrane, est là, partout. Partout derrière Philibert, derrière Arsène. Et voyez, ça continue ainsi jusque pour l’instant dans la 5e génération de la famille Duc puisque, à côté des petites filles de Philibert, on pense très fort qu’une maman va suivre.
Pas de festival pour les mamans, les épouses des Blancs de Chermignon. C’est comme pour celles de Jaunes. Mais une reconnaissance indirecte que facilement on oublie de placer en meilleure évidence.

C’est tout cet aspect très fortement et spontanément local qui fait un village d’aujourd’hui. Et dans ce qui fait le village, en plus de l’histoire, en plus du patrimoine statique du bâti, c’est cette volonté des familles de mettre en avant leur capacité à faire vivre. Cela se retrouve jusqu’au sommet de la pyramide communale, élaborée, construite avec le savoir de la matière du lieu : le chermignonard. La table de l’architecte est là, au milieu du village, entre les maisons, s’offrant au regard, permettant à chacun de le rencontrer.

Et Philibert dans tout ça ? Eh bien il a vu ! Il sait ! Il a vu et il sait que le village est une valeur. Tout au long des décennies, il a vu les querelles de couleur renforcer les savoir-vivre au village, écrire l’histoire. Il a vu la volonté de créer une paroisse pour Chermignon, celle de faire s’élever une église, de façonner les rues et ruelles pour adapter leur durabilité à l’évolution de la vie DU village. C’est un directeur des Blancs de Chermignon qui "est reconnu partout en Europe", on ne parle pas de station, mais de village, de Chermignon.

61 ans de "marcher au pas" dans le village, ça ne peut être inhibé. Ça reviendrait à aller chercher le solvant qui va fondre tout ça, toute cette richesse de la politique, de la musique, des croyances, du vécu, en faire une masse homogène formatée sans plus aucune arrête, sans plus aucune forme, sans goût, de couleur abstraite.

Cette ténacité de Philibert, elle devrait nous dire qu’elle s’entretient par soi-même. C’est pas les autres qui l’ont faite, qui la font, et avec qui elle perdure. C’est sa propre volonté. Et dans cette volonté, il y a le savoir-faire avec ses proches, et plus particulièrement avec "sa" proche. Au village, c’est pareil. Ce ne sera jamais les autres qui viendront faire avancer. C’est à nous, solidairement, de dire : on est ici depuis des générations. C’est notre chez nous. intact, bien entretenu, bien vivant, bien d’ici, on veut le remettre à la prochaine génération.

Philibert : 61 ans d’instrument, 14 élections communales, connu 8 présidents, une toute grande mémoire vivante et authentique du passé, antérieur au 14 juin 2015.
Page suivante
Bon à savoir
Cet espace vous est destiné ...

Login