Please update your flash plug-in on www.adobe.com to display this website.
Accueil   >  Forum
Forum
Introduction au livre d'or ....

Poster un message Page suivante

 

Expéditeur : Bourgeois Marc
27.01.2015 (21:16)
Sujet : cas social ?
Cela fait environ 3 semaines qu'il y a un monsieur vêtu d'une canadienne fourrée et bonnet bleu/noir, bonne présentation qui se poste à l’Église d'en haut et demande de l'argent aux gens 20 francs pour aller à Lourdes,et m'a lui-même dit "encore une nuit où je vais dormir dehors" . S'il s'agit d'un cas social il faudrait peut-être faire intervenir le service compétent ?
Expéditeur : Jean-Claude Savoy
05.01.2015 (20:36)
Sujet : Panneaux solaires
Bonjour M. Duc et merci pour votre contribution.

A sa lecture, il apparaît que des clarifications doivent être apportées à propos de la réglementation dans ce domaine.

La question de la sécurité incendie doit aussi être abordée. Cette intervention va être redirigée vers notre service technique et la commission des constructions, vers le délégué à l'énergie et vers le centre de secours incendie. Pour information, la loi cantonale sur les constructions vient d'être modifiée à son article 29d). Elle va vers une plus grande simplicité en matière de pose de panneaux solaires.

Simultanément, l'accroissement du nombre d'installations complique indéniablement la tâche des pompiers, comme vous le relevez à juste titre.

Parlant de clarifications, il reste à déterminer si le niveau des six communes est pertinent ou s'il ne faut pas tout de suite s'adresser au niveau du canton.

Nous vous informerons sous peu de la manière dont nous comptons donner suite à votre excellente analyse.

Nous vous adressons, M. Duc nos salutations les meilleures.

Jean-Claude Savoy
Président de la Municipalité

Expéditeur : Michel Duc
04.01.2015 (13:20)
Sujet : Production d’énergie photovoltaïque en zone à bâtir
Tout d’abord je tiens à souhaiter à tous les citoyens de Chermignon ainsi qu’aux autorités le plein succès et beaucoup de bonheur pour le millésime 2015 !

Mes questions interviennent suite à ma demande d’information auprès des services techniques pour la pose de panneaux solaires survenue à ma demande en août 2013. Dans la confusion, une décision de refus d’une installation de panneaux solaires sur un talus au Sud de ma maison m’avait été communiquée avec une incitation à développer un projet sur le toit de ma villa.

S’en est suivie de nombreux échanges tant écrit qu’oraux, dans le but d’informer, de sensibiliser les autorités pour faire évoluer positivement une réglementation intercommunale des constructions.

De ces démarches, il en a résulté comme conclusion finale de notre Président Savoy : « Dans un délai de 6 mois, nous aurons étudié une nouvelle législation qui tiendra compte des arguments énoncés… ».

Or à ce jour, 15 mois plus tard, a priori, aucune adaptation règlementaire n’a été proposée. Ce dossier serait-il tombé dans les oubliettes ?

Pour relancer positivement le débat, tout récemment, lors d’une rencontre avec l’un de nos « val-heureux » soldat du feu communal, j’ai appris que les panneaux solaires photovoltaïques produisaient du courant continu à très haut voltage (>1000 Volts) qui empêchent toute intervention en cas d’incendie : le risque d’électrocution est trop important et des situations concrètes ont déjà causé des décès et des électrocutions. Raison pour laquelle nos pompiers n’auraient plus l’autorisation d’intervenir sur des maisons ainsi équipées.

J’ai été très surpris par cette information et reste très étonné que nos services techniques ne tiennent pas compte de cette situation et persistent à nous suggérer d’équiper exclusivement les toits de nos maisons avec de telles installations.

Une installation solaire dans la périphérie du bâti est régulièrement mieux exposée au soleil et parfois moins dommageable au paysage alors que les surfaces disponibles sont souvent plus importantes à même le sol. De plus, en périphérie du bâti, le déneigement en hiver demeure simple, sans risques et la déconnection de l’installation possible avant toute intervention des services du feu, ce qui permettrait ainsi de protéger la vie et nos biens.

Mes questions sont les suivantes :

Pourquoi des informations aussi importantes ne sont-elles pas communiquées aux citoyens qui font des demandes en ce sens ?

Où en est-on dans l’examen des règlements communaux en relations à ces questions d’implantation de panneaux photovoltaïques ?

Si une installation photovoltaïque sur le toit avait été préférentiellement recommandée, la commune participerait-elle au surplus des assurances incendies ou aux dommages en cas de feu ?

Merci d’avoir eu le courage de lire ces arguments techniques jusqu’au bout et merci d’avance aux autorités pour leurs réponses constructives !

Michel Duc, Chermignon-d’en-Bas
Expéditeur : Jean-Claude Savoy
02.01.2015 (09:16)
Sujet : Intervention de M. Roesti
Bonjour M. Roesti et merci pour votre contribution. Le Vice-Président de la Municipalité, en charge du secteur trafic, a préparé la réponse suivante :


"Bonjour Monsieur Roesti,
Tour d’abord merci pour les félicitations au sujet des totems.
Au sujet du passage piéton à la hauteur de l’arrêt de bus de Diogne, nous pouvons vous informer qu’actuellement il n’est pas prévu de le remettre en place. En effet, le canton, sur recommandation de l’Office Fédéral des Routes, a prévu de supprimer environ 600 passages piétons situés sur le territoire cantonal. Cette suppression fait suite à de nouvelles directives qui demandent, entre-autre, de supprimer les passages piétons situés sur des axes routiers hors des localités, ce qui est le cas du passage piéton de Diogne. Il faut aussi savoir que celui-ci n’était pas emprunté par les élèves de l’école de Martelles, car les bus SMC amènent directement les écoliers au niveau du terrain de football et ensuite les enfants passent par le passage souterrain pour rejoindre le site de Martelles. Ils ne traversent donc pas la route pour se rendre en classe. La Municipalité avait tout de même demandé au canton de laisser ce passage piéton, mais celui-ci, selon les directives reçues, devait le supprimer.
Au sujet du déplacement des zones 50Km/h, le panneau d’entrée du village, en montant depuis la plaine, sera déplacé à l’ouest du pont situé avant le golf de Noas, en 2015, lors des importants travaux routiers que le canton va effectuer dans ce secteur. La vitesse sera donc limitée à 50Km/h depuis cet endroit. Pour l’autre panneau situé vers la villa à M. Jean-Louis Cordonier, il n’est pas prévu de le déplacer au niveau de l’arrêt du bus de Diogne, car le passage souterrain situé à l’est du terrain de football permet aux piétons de passer sous la route en toute sécurité. De ce fait, une réduction de vitesse de 60Km/h à 50Km/h n’est pas prévue dans ce secteur.
En espérant avoir répondu à vos attentes, nous vous souhaitons, ainsi qu’à vos proches, de belles fêtes de fin d’année et une bonne et heureuse année 2015."

Nous espérons avoir ainsi répondu à votre interrogation.
Meilleures salutations.

Jean-Claude Savoy
Président de la Municipalité
Expéditeur : Jean-Claude Savoy
30.12.2014 (17:18)
Sujet : Ralentisseurs sur les routes communales
Merci M. Duc pour votre contribution, qui permet de compléter les informations données lors de l’assemblée primaire municipale de 18 décembre dernier.


Effectivement, la Municipalité met en œuvre un vaste plan visant à mettre en place de véritables zones 30 km/h à proximité des centre des villages et même 20 km/h dans le centres. Avant la mise à l’enquête de l’ensemble du dispositif, des contrôles radars ont été opérés sur chaque route concernée, et l’on a rapidement constaté que ces routes, souvent rectilignes et sans obstacles, favorisaient des vitesses élevées à l’intérieur du périmètre des villages. A certains endroits, on se trouvait avec plus de 70% des véhicules en infraction ! Des obstacles latéraux ont donc été planifiés afin de ralentir notablement la vitesse des automobiles. Les systèmes antérieurs, du genre « gendarmes couchés » ou « dos d’ânes » son moins usités, car ils génèrent un surcroît de bruit et surtout des dégâts aux automobiles, car celles-ci sont de plus en plus basses.

La Municipalité reconnaît avec vous que la situation actuelle n’est pas satisfaisante, car l’entreprise qui devait livrer les « totems » qui surmontent les obstacles n’a pas pu le faire dans les délais. Les blocs ne se voient donc pas bien de loin et surprennent les automobilistes. Dès que ces « totems » auront été posés, la situation devrait s’améliorer. Par la suite, des réglages plus fins pourront être entrepris.

De manière générale, ces obstacles visent donc à gêner les automobilistes afin que la vitesse de 30 km/h puisse être respectée. Rappelons qu’avec cette prescription l’automobiliste reste prioritaire, mais l’usage de la voie publique pour les piétons et cyclistes devient plus sûre. Par contre, dans les zones 20 km/h, ce sont les piétons qui deviennent prioritaires.

La vitesse est trop élevée sur l’ensemble du réseau des routes communales. Vouloir l’abaisser uniquement par la pose de panneaux limitatifs est un leurre. La plus grande partie des localités de notre canton mettent en place ce genre de dispositif dans le but d’assurer une meilleure sécurité pour les autres usagers du réseau.

La Municipalité sait pouvoir compter sur l’appui de la population dans cet objectif prioritaire qui vise à redonner des espaces publics plus sûrs aux habitants en général, aux enfants et aux promeneurs en particulier.

Nous vous invitons donc à patienter jusqu’à la pose des « totems » indicatifs et à reprendre contact avec notre administration si la situation devait demeurer insatisfaisante.

Nous profitons de l’occasion pour souhaiter à l’ensemble des habitués du site une belle fête de fin d’année et une très bonne année 2015.

Jean-Claude Savoy
Président de la Municipalité
Page suivante
Bon à savoir
Cet espace vous est destiné ...

Login